Quelle isolation phonique pour la maison ?

es nuisances sonores peuvent vite devenir source de fatigue, dans une habitation. Selon le baromètre Qualitel d’octobre 2017, plus de 30 % des Français déclarent d’ailleurs souffrir du bruit au sein de leur maison. En agissant sur l’isolation phonique, il est possible de réduire considérablement ces nuisances, pour plus de confort.

La première étape avant de débuter des travaux d’isolation phonique, sera de déterminer précisément l’origine et le type des bruits perçus. Cette phase d’identification permettra ensuite d’identifier les parois de l’habitation à isoler et d’en reconnaître la nature (briques, béton, cloison, plancher bois, etc.), pour une isolation acoustique adaptée.

Quels sont les types de bruit ?

Les bruits nuisent à votre confort et celui de votre proche au sein même de votre habitation. Sachez qu’ils peuvent être de 3 grands types :

  • Les bruits dits aériens : ils peuvent avoir pour origine l’extérieur, comme le trafic automobile, l’intérieur de la maison comme la radio, la télévision. Ces bruits ont tendance à passer par les petits interstices : fenêtres, portes, ventilation.
  • Les bruits d’impact : ils se diffusent dans un bâtiment par vibration. On parle généralement de bruits d’impact pour la chute ou les mouvements d’objet, ou encore les pas.
  • Les bruits d’équipements : l’électroménager, les systèmes de chauffage et de ventilation, les tuyauteries, l’ascenseur… ces appareils génèrent des nuisances sonores.

Concernant les volumes sonores, sachez qu’on qualifie un bruit de « très bruyant » dès 70 dB. Voici quelques repères pour évaluer les nuisances d’un son :

  • 20 dB : tic-tac d’une montre
  • 60 dB : un lave-vaisselle en fonctionnement
  • 80 dB : le passage d’un train
  • 140 dB : le décollage d’un avion

Les points à isoler

L’isolation thermique peut également avoir un impact positif sur les nuisances sonores, grâce à la composition des matériaux utilisés. Plus ces derniers auront une densité élevée, plus ils atténueront les bruits : c’est la loi de masse.

Les murs et les cloisons

Pour isoler les murs et les cloisons de votre habitation, vous pourrez opter pour plusieurs solutions. Installez simplement des panneaux de cloison en sandwich ou des contre-cloisons maçonnées. Utilisez également de l’isolant positionné sur une ossature de métal et de plaques de plâtre.

Les sols

Atténuez les bruits de pas en installant une moquette épaisse ou un parquet flottant. Créez de faux plafonds comprenant un isolant bloquant la diffusion des ondes sonores.

Si vous envisagez de gros travaux de rénovation, pensez aux dalles flottantes comportant une couche isolante avec des performances très élevées.

Les menuiseries

Les ouvertures comme les portes et fenêtres peuvent également laisser passer de nombreux bruits environnants, lorsqu’elles sont en mauvais état. Vérifiez-les et remplacez-les par du double vitrage asymétrique ou à isolation renforcée. Les performances phoniques et thermiques seront plus importantes. Préférez des châssis disjoints pour limiter la propagation des bruits aériens.

Enfin, sachez des réglementations précises définissent les performances acoustiques des constructions neuves.